Odeurs de Bête









Je m'immerge dans la solitude comme dans un bain d'essences animales
Plus d'ablution
Les glandes sécrètent leurs huiles essentielles
Le cérémonial quotidien se relâche
Je flotte à la recherche de mes odeurs de fond
Les usures improbables, les ancêtres lubriques, les muscs volatiles
Inconnus jusqu'alors
Surprise de flairer en passant dans la brutalité de mes aisselles
D'étranges miasmes remontant à la surface d'une mémoire encore vierge
La chaleur qui m'emprisonne m'exsude, sueur, sueur provenant des abysses
J'embrasse les vagues olfactives à pleine gorge
M'abandonnant sauvagement quelques heures
À la tanière nidoreuse des vieilles femelles repues
Blasée, le groin volubile
Frottant mon glomérule au bord des suintements





Août 2015