La perte






Tu me convies, le temps, à partager ta ruée
Vers les eldorados sans nom, les capitoles
Ta gorge ultra-sensible ingurgite indifféremment
La luxure et l'oubli

Au combat perdu d'avance, j'y viens
Mais je ne m'écoulerai pas hors de ma substance
Vibrant d'attente jusqu'au dernier souffle de son usage
Patiente à la colère

Je vidangerai l'insalubrité des heures
Tendue jusqu'au craquement vers la terre irritable
Je me tiendrai accolée à l'urgence
La mémoire haletante

Qu'importe !
J'entasserai effrontément sous mes talons ta perte
Envelopperai en mordant ma langue
Tout alentour de la perte
Le défi





Février 2013