Ralentir






















Plus tard, ce sera lent ?
Aurai-je mon délai distendu par des dendrites cachectiques ?
Vaincue et hébétée derrière un temps qui dépassera mes espérances
Partir, dégager !
Et vite !
Vite !
Vite encore !
Vite jusqu'à l'épuisement de mes nécessités
Il faut que ça trace !
Et plutôt deux fois qu'une, celle où je me quitterais
Rappelons la règle : ne jamais se faire prendre le temps





Les dépérissements seront-ils flasques ?
Deviendrai-je haletante ?
Essoufflée par avance ?
Brisée de partout, battue par le rythme impitoyable de l'acte
Réflexes élimés,  turbulence à rebours
Décadence discrète mais fatale du tempo
Vite !
Encore vite !
Que me pousse loin et longtemps,
C'est à dire jusqu'à la fin du temps
Le fin du fin du mouvement éternel !
La fébrilité cinglante de la danse de Saint Guy,
La cabrade cinglée des frénésies inspiratrices !
Bouger, bouger !
Jusques aux fonds des tombes où avant de m'oublier
Je hurlerai 
J'y vais !






Juillet 2011