Est d'Eden





Il faudra replier les mouchoirs
Recouvrir la couche où l'on a trop dormi
Ne plus penser que le jour se lève et qu'il tape
Il faudra essorer le besoin

Laisser en place les corps rampants
En place les doigts tentant de cautériser l'imparfait
De côté laisser l'amer
Tout ce qui bourdonnait

Dans chaque vertèbre une mémoire défunte
Un mal errant à travers les eaux fortes
Un écrasement et le son mat d'une dent
La fin la fin

Partir sans dévisager les victimes
Partir en oubliant le claquement du fouet
Cuisant, des évitements
Le mensonge, l'oublier
Le mensonge

Laisser les pertes
Il le faudra
Sans la vapeur clémente des refuges anguleux
Le saut dans l'inconditionnel
Après la faute, enfin
Il faudra laisser l'évitable


Juillet 2011