Bonne année










Nous en aurons lancé des appels
Ouvertes nos gorges jusqu'à leur déchirure
Chaque alliance conclue, chaque caresse offerte
Accordées pour s'extraire
De l'engourdissement muet qui nous veille
Et crié, crié
Pointant notre droit intangible et nerveux
À dire l'unique de nos êtres
Agités, affairés
Effacés un peu dans les cacophonies
Fredonnant au son des gongs de nos frayeurs
Éthérés, écartelés
Stupeur atavique qui chante à tue-tête
Pour croire enfin possible
De ne jamais devoir se taire



Nous en aurons jeté des palanquées de bruits
Encore, encore des bruits
Et des musiques
Des chants et des louanges
Jusqu'à assourdir la bonne volonté du néant
Hurlant autour des autels
Leur sacrifiant la chair inaudible
Nous tendant toujours mieux vers la rupture
Les cordes effilées, tirées jusqu'à l'arcade
Pour entendre la réponse
Nos voix
Nos voix ruisselantes
Lancées très haut vers la certitude
D'où nous revient l'écho
Encerclant le vide interstellaire
Où le silence est Dieu



















31 Décembre 2016