Le mérite d'exister




La vanité sans issue des pouvoirs
Comme idée limpide

 Ne rien céder aux turbulences

 Qui s'adonnerait à l'incertain sans frémir ?



  Le hasard de l'immédiat ne sert qu'à embaumer
Ailleurs, ailleurs, sont les voies lactées de la structure


Sans pleurer rien que les larmes de son corps
Goutte à goutte de la mise bas sans filet


  Parce que le choix se fond par pensée en action
Le coût payé par l'inconnu vaudra toujours plus que la gratuité de l'ennui


Seule, demeurant impassible devant tout ce qui s'effondrera
Nettoyée à mains nues, serrée aux coups du sort


Chant des tumeurs profondes, le martel de vivre et sa grâce
Renouveau des assises, renouveau des baisers


 L'aboutissement comme un vain rivage et l’intrus 
Le dérangement évacuant seulement les peaux mortes


La frappe des épreuves, la ligne de repli 
L'arrachement à leurs diktats, la force de propulsion

Passer outre soi-même, source d'énergie mutine
C'est un bienfait,  ce qui engendre la tentative d'être.




Janvier 2012