Se tenir




Le front est chaud
La lune est basse
Les traits gravés de haut en bas sur la fierté semblent hideux
L'inquiète marée repousse les fautes et les oublis
Médire sur le sort
Dégarnie la voûte et tout compte fait assez peu céleste

Atrophiées maintenant
Les illusions se dérobent en spirales
A sec aussi
Il y faudrait voir pousser
De la bonne volonté sur cette pente irascible
S'absoudre soi même est assez et pourtant

Avancer à tâtons
Appuyée contre la croupe des anciens démons
Musarder encore à attendre l'oracle
Ruminer les serments
S'amnistier pour un soir
Et s'étendre jusqu'au prochain solstice 


Novembre 2012