M'appeler Patricia



















J'aurais dû me prénommer Patricia
Être d'aplomb
Les fonctions assurées comme les trains entrent en gare
Applaudis par les prestataires
J'aurais muselé de cuir mes prétendants et bu au matin du petit lait
Pour mieux m'entretenir avec les forces occultes

J'aurais trouvé l'âme sœur dans un aéroport
Elle m'aurait condamnée à créer
Hochant la tête
J'aurais obtempéré sans frémir
Me sachant guidée, me sachant guidée

 J'aurais pu plaire
Et le savoir
Vrombir de satiété
Dans un souffle être happée par le génie
Et le savoir
 Écrire à tout va juste avant de passer l'arme à gauche
Poser sur la feuille ma patte arrière
Glisser illico vers la renommée

Oh !
Que la peine donnée est ingrate !


Octobre 2011